S’expatrier avec succès pour un an à Düsseldorf ! Kwaheri* Elisabeth!

kenya2_1816314bAprès une grosse année (18 mois) passée parmi nous, Elisabeth a quitté Düsseldorf en juin pour Nairobi au Kenya. Elle était venue avec son mari qui travaille chez Bayer. Ses trois enfants sont déjà grands et indépendants. Elisabeth a toujours le sourire et a beaucoup apprécié Düsseldorf. Je lui ai demandé de nous donner la clé de son intégration rapide et réussie pour une expatriation d’un an.

* Au revoir en swahili (langue officielle du Kenya, avec l’anglais)

Elisabeth ou la flexibilité des longues années d’expatriation

Elisabeth a vécu l’essentiel de sa vie de famille (= depuis son mariage) à l’étranger. Elle a débuté en Europe : en Espagne puis en Belgique. Ensuite, elle s’est installée en Afrique : en Côte d’ivoire, au Cameroun et ces dernières années au Maroc. Entre deux, il lui arrivait de passer quelques années à Lyon, en France.

Elle et son mari apprécient changer régulièrement de lieu de résidence. Le changement est un mode de vie – « en principe pas plus de 5 ans » – et était attendu.

La devise d’Elisabeth : « Je m’installe comme si j’allais toujours rester, c’est ma devise et c’est ce que j’ai fait à Düsseldorf. » Quand elle déménage, Elisabeth ne se pose jamais la question de la durée de son séjour.

Elisabeth et son choix de s’installer à Düsseldorf

Graf-Recke-Str..1« Nous avons choisi Düsseldorf plutôt que Cologne pour la situation du Lycée Français, j’ai toujours voulu garder la possibilité d enseigner. »

Elisabeth était contente et impatiente de vivre dans un nouveau pays et surtout d’apprendre une nouvelle langue. Comme nous le recommandait Valérie, Elisabeth a suivi un cours intensif d’allemand. Elle s’est ensuite occupée de l’installation de son appartement, près du Lycée Français.

Le conseil d’Elisabeth : apprendre rapidement à se débrouiller dans la langue du pays d’accueil et appréhender chaque nouvelle destination avec enthousiasme et curiosité.

Elisabeth a apprécié la « zénitude » düsseldorfoise

La zénitude du centre-ville de Düsseldorf a agréablement surpris Elisabeth. Cela est certainement dû au contraste avec les grandes villes, plutôt méridionales et africaines, dans lesquelles Elisabeth a vécu.

Elisabeth a apprécié vivre sans voiture ! « Quand mon mari était en voyage et que la voiture était dans le garage… Je la laissais tranquille. » Elisabeth allait à pied faire ses courses Rethelstrasse, en tram en centre-ville et prenait exceptionnellement un taxi quand elle ne pouvait pas faire autrement.

verkehrsschild-nach-stvo-nr-239-sonderweg-fussgaenger  GStrabDUS-03  th

Elisabeth ou l’intégration par les loisirs et le travail

Avec l’Amitié des Francaises, Elisabeth s’est inscrite à 2 activités régulières : le bridge et le golf. Ces deux groupes « très sympa avec des responsables hyper dynamiques et chaleureuses » contribuèrent à son intégration. Cela a été le pied mis dans la porte pour être reçue chez des Allemandes !

Elisabeth a aussi suivi les visites culturelles proposées et là encore elle a rencontré une amie.

Sans oublier le conseil qui nous touche particulièrement avec Camille :« la lecture de mon blog préféré, celui des 2 Camille avec des conseils précieux que j’ai essayé de suivre. » C’est promis, nous ne lui avons pas soufflé cette réponse! Dés nos débuts, Elisabeth fût une fidèle lectrice, presque addicte tous les matins… MERCI Elisabeth pour ton soutien !

Elisabeth est ingénieur. Cela lui a toujours permis de travailler, à Lyon, comme à l’étranger. Elle était professeur de mathématiques dans les Lycées Français de ses pays d’accueil. Elle est enseignante depuis le début (y compris durant son séjour en région lyonnaise) et elle « adore » !

Le constat d’Elisabeth : « J’ai donc eu une vie très dense. Je ne demandais rien d’autre. »

Elisabeth ou l’envie de découvrir encore un autre pays

Bayer a proposé au mari d’Elisabeth de partir au Kenya. Fidèles à eux-mêmes, ils se sont laissés tenter par l’aventure et ont accepté ! Désormais, leur container chemine et ils s’installeront à Nairobi fin juillet.

kenya-kids-map-ga  Nairobi_Aerial_Photo

kenya  

Le mot de la fin d’Elisabeth : « Franchement une fois de plus j’étais triste de laisser une partie de moi à Düsseldorf. J’y ai beaucoup aimé ma vie. »

Chère Elisabeth, nous étions aussi très tristes de te voir partir!

Camille, La Fine Bouche

Camille, La Fine Bouche

2 réflexions sur “S’expatrier avec succès pour un an à Düsseldorf ! Kwaheri* Elisabeth!

  1. Merci encore une fois Camille pour ce très bon article plein d’enseignements pour réussir son expatriation et bravo pour ce bel hommage à Elisabeth !
    C’est vrai qu’il faut savoir reconnaître les points positifs dans un nouveau pays. Point négatif malheureusement auquel on n’échappe pas : être amené à être séparé de personnes avec lesquelles on aura pu se lier d’amitié sincère lors de cette expatriation…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s